L'amour aux temps du choléra

← Revenir à nos coups de ❤

Coup de ❤ : L'amour aux temps du choléra

Résumé

La plupart d'entre nous ont déjà fait cette expérience : on tombe éperdument amoureux, l'amour n'est pas réciproque et on souffre. La majorité des déçus finissent par passer à autre chose, mais ce n'est pas le cas de Florentino Ariza qui, à 18 ans, tombe éperdument amoureux de Fermina Daza. Il la courtise avec des poèmes, mais la perd au profit d'un autre. Pendant 51 ans, il se console avec de nombreuses liaisons et succès professionnels, sans jamais cesser d'aimer Fermina. Cette dernière est depuis longtemps une épouse modérément heureuse, une mère aimante et finalement une veuve.

Avec ce livre nous voyageons pendant plusieurs décennies à travers la vie de Florentino et Fermina et plongeons dans l'histoire d'un pays lointain où le choléra fait rage. Ces deux-là vont-ils finir par se retrouver ?

avis et résumé du livre L'amour aux temps du choléra

Notre avis sur "L'amour aux temps du choléra"

Si vous vous attendez à un roman d'amour mièvre en lisant cette description, détrompez-vous ! Commençons d’abord par la fin, car c'est ainsi que démarre l'histoire : le mari de Fermina décède à un âge avancé d'une manière absurde. Dès les premières pages, de nombreux personnages sont présentés en détails alors que nous ignorons encore qui nous allons accompagner au fil des chapitres et qui seront les protagonistes

La narration omnisciente de Márquez, son amour du détail et ses digressions parfois inutiles, mais vivantes et belles, nous captivent. Nous ressentons la chaleur des Caraïbes, humons le mélange d'odeurs de la place du marché et percevons la souffrance des gens et de leur époque. Et nous aimerions, nous aussi, recevoir un message d'amour écrit par Florentino, qui débordant d'amour pour Fermina, les vend pour quelques centimes dans un parc pour amoureux.

Le style d'écriture de Márquez, caractérisé par de nombreuses phrases à rallonge, est à l’image de sa narration et de ses histoires dans les histoires. Après de longues dérives et immersions, nous sommes d'autant plus surpris par les changements de scène rapides et sans transition. Mais restez attentifs, car de nombreuses sagesses se cachent dans ce livre ! On a envie de les noter pour ne jamais les oublier.

Ce n'est pas sans raison que ce roman est considéré comme l'une des œuvres littéraires les plus importantes de la fin du XXe siècle. Sa lecture peut sembler longue et laborieuse, mais elle en vaut la peine. Nous avons apprécié ce livre parce qu'il est profond, féerique et mélancolique. Il nous amène à nous demander ce qu'est réellement l'amour et s'il est vrai que, comme le dit le roman, rien n'est plus difficile dans ce monde que l'amour.

L'auteur en quelques mots

Gabriel José García Márquez est affectueusement appelé "Gabo" dans son pays natal, la Colombie. Il existe différentes indications sur l'année exacte de sa naissance, mais l’auteur serait né en 1928 ou en 1929 à Aracataca, près de la côte caraïbe. À la demande de ses parents, il a d'abord étudié le droit, avant d'y renoncer par ennui et de se consacrer à la littérature et à la poésie. Devenu plus tard journaliste, il a beaucoup voyagé, s'est même lié d'amitié avec Fidel Castro et a écrit de nombreux scénarios, nouvelles, récits, romans et mémoires. À l'âge de 38 (ou 39) ans, il a connu une percée internationale avec son roman "Cent ans de solitude", qui s'est vendu à plus de 30 millions d'exemplaires. En 1982, l'œuvre de Gabo a été récompensée par le prix Nobel de littérature, car dans ses romans, "le fantastique et le réalisme s'unissent dans un monde poétique aux multiples facettes". Ses œuvres ont popularisé le réalisme magique, mais aborde aussi des sujets tels que l'isolement et la solitude, la vie en Colombie et les conflits d'Amérique latine. Gabo est décédé en 2014 à Mexico, à l'âge de 87 ans.


Lectures recommandées